À vélo, la Loire est encore plus belle

Pédaler entre amis sur l’itinéraire de la Loire à Vélo, c’est l’assurance de vivre une épopée joyeuse et sans efforts, dans un décor naturel sublimé par ses châteaux, ses jardins et ses vignobles. 

La Loire à vélo, c’est le temps des copains et de l’aventure, pour pédaler au gré des envies, d’un château l’autre ou d’une halte les pieds dans le sable. C’est prendre le temps, celui de la flânerie rigolarde qui succède à un pique-nique sur la grève, pour contempler le vol gracieux d’un héron, faire des ronds ou des ricochets dans l’eau, là même où le flacon de rosé rafraichit. C’est s’émerveiller jusqu’à mettre pied à terre, lorsque que l’on aperçoit, rive droite, baigné du halo mordoré au couchant, le coteau de tuffeau truffé de ses troglodytes et coiffé de ses vignes séculaires.

Se laisser porter, jusqu’aux terrasses du château Royal et découvrir les orangers de Dom Pacello à Château-Gaillard en traversant Amboise, éduquer ses papilles dans une cave touristique en compagnie d’un vigneron de Montlouis. Guidés au loin par les flamboyantes flèches de sa cathédrale gothique, poursuivre jusqu’à Tours jusqu’à être hypnotisés par le bruit des glaçons sur la plus belle des places de l’hexagone, écrin d’une Renaissance joyeuse envahie par une jeunesse qui sait l’être tout autant à l’heure bénie de l’apéro !
Dîner comme on l’aime, ensemble, en terrasse, chez l’habitant, de melons ou de rillons, de rillettes et de sainte-maure puis dormir, à la belle étoile ou au château, perché sur un arbre peut être…

Reprendre le guidon pour saisir, sous une lumière encore douce, les fabuleux jardins de Villandry, graver pour la postérité la majesté du fleuve à Bréhémont et profiter de la fraîcheur arborée du Bois chétif et son concert permanent de chants d’oiseaux à la gaieté contagieuse pour, enfin, réveiller la Belle au Bois dormant en son château d’Ussé. Comment ne pas conclure avec une balade magique au bord d’un bateau de Loire traditionnel, joliment nommé Amarante, dans un des plus beaux villages de France, Candes-Saint-Martin et sa délicate collégiale à la confluence de la Loire et de la Vienne, entre girouettes de mariniers et roses trémières. On y arrive par le bucolique bocage du Véron et après un incontournable détour par Chinon et sa célèbre forteresse qui accueillit parmi les plus remarquables « people » d’une autre époque Jeanne d’Arc et Richard Cœur de Lion.


PRATIQUE

PRATIQUE

Vous aimerez aussi :