Le Japon se cultive à Ligueil

Anna Shoji, la maraichère nourrie de culture française, a bâti son propre pont gourmand entre Ligueil et Tokyo.

Légumes japonais d’exception

Du végétal, rien que du végétal. Ici, dans le Sud Touraine, à Ligueil, Anna Shoji la Tokyoïte, règne sur deux hectares dévolus aux « légumes japonais d’exception, made in France ». Un peu plus d’une année après avoir repris cette exploitation bio, son jardin baptisé Yasai a notamment séduit plusieurs chefs japonais travaillant en cuisine française, dont certains distingués par le célèbre bibendum.
Radis blanc Daikon, ciboule de Kyoto, gombo, persil japonais (shiso), feuille de chrysanthème, épinard komatsu, roquette mizuna, bulbe de lis de cinq ans, maïs doux, tiges de lis… la liste attise l’appétit du gourmet. Clic-Clac, voilà une photo de plus pour l’album gastronomique déjà riche du Jardin de la France.

La vie d’Anna

Car c’est bien lui, ce haut lieu de l’imaginaire gourmand, qui a damé le pion au Portugal, au Roussillon et aux Cévennes, ses premiers choix. « La Touraine a également l’avantage d’être proche de mes clients parisiens », souligne la globe-trotteuse. Incarnation de sa génération, Anna Shoji saute les frontières avec le plus grand naturel depuis la prime enfance.
Depuis son entrée en maternelle au lycée français de Tokyo jusqu’à ces dernières années passées en Algérie – où lui est venu le virus du potager, une bonne partie de sa vie s’est déroulée entre le Japon et l’hexagone. Aujourd’hui, la plus Française des Japonaises, est désormais aussi la plus Tourangelle.

PRATIQUE

Vous aimerez aussi :